Accueil

Soyez informé de nos nouveautés !

Nouveauté du 30 juillet ;

Un historique abrégé de l’industrie forestière en Estrie

En 1840, le bois demeure sans conteste la principale richesse dans la région. Seulement le tiers des terres agricoles ont été défrichées et des cantons entiers n’ont pas vu la hache des pionniers… (lire la suite)


Chroniques du 16 juillet ;

L’Estrie une région éminemment forestière

La forêt privée de l’Estrie : le bois et beaucoup plus

 

Revoyez l’émission de La semaine verte – Une facture salée pour du sirop sans plomb


Les prochaines chroniques porteront sur le thème de l’aménagement forêt-faune au début de septembre


Quelques données sur la forêt estrienne

Consulter la liste des professionnels forestiers et des Groupements forestiers de l’Estrie

        ________________________

L’Estrie : une région éminemment forestière

Le territoire couvert par l’Agence forestière de l’Estrie est la deuxième en importance au Québec pour le volume de bois récolté en forêt privée.

Les volumes récoltés par territoire d’Agence pour 2017 place l’Estrie au deuxième rang. Le volume récolté représente 50% de la possibilité annuelle de récolte (en incluant le bois de chauffage).

Volume récolté en m3s par territoire d’Agence

Le gouvernement du Québec, à partir de son Programme d’aide à la mise en valeur des forêts privées, priorise les travaux sylvicoles avec récolte de bois. La plus-value économique engendrée par cette récolte soutient les activités économiques touchant la récolte, les services d’aménagement forestier, le transport et la transformation en usine des produits forestiers.

La ressource forestière un moteur économique pour les régions

Pour l’Estrie les activités forestières sont le gagne-pain de près de 1,600 travailleurs (1). Ces travailleurs sont ouvriers sylvicoles, transporteurs, professionnels (techniciens et ingénieurs forestiers) et employés administratifs. Ils résident dans les villages, les communautés rurales et contribuent à la vitalisation de leur milieu de vie.

Quelle est la tendance envisagée ?

Les forces vives de la région se sont concertées en 2014 et ont procédé à la mise en place de conditions favorables pour soutenir la progression de cette croissance. La cible de récolte pour 2018 est de 858,000 m3s, soit une augmentation de 8,6% par rapport à 2017 et de 37% par rapport à 2015.

Les conditions économiques favorables, autant chez nous que chez nos voisins du sud, avec des prix de vente près des sommets est un facteur positif incitant les propriétaires à aménager et à intervenir dans leur forêt.

Les bénéfices d’une forêt aménagée ne se comptent pas seulement dans la tire-lire, mais surtout par une forêt en santé et résiliente, v.g. La croissance forestière 101.

 Une augmentation dans la majorité des MRC.

 Volume récolté par MRC de 2015 à 2017 (2)

Entre 2015 et 2017, le volume récolté a augmenté de 20%.

La palme de la croissance revient à Memphrémagog avec une augmentation de 71% de la récolte sur son territoire. Cette MRC longtemps considérée plus touristique que forestière est en train d’intégrer l’aménagement de sa ressource forestière à ses activités économiques.

La MRC du Haut St-François mène le bal en produisant 31% du volume régional.

La MRC du Granit a connu une augmentation marquée de 37%, représentant 23% de la production régionale tout en détenant 19% de la superficie forestière.

À l’autre bout du spectre, la MRC du Val St-François a vu sa récolte diminuer de 34%. Cette MRC a récolté 6% du bois de la région tout en détenant 18% de la superficie forestière.

Les Groupements forestiers et les professionnels forestiers ont su bonifier leur offre de services pour bien répondre aux demandes et aux attentes plus précises des propriétaires.

Cette synergie porte ses fruits et c’est tout l’Estrie qui en retire les bienfaits.

 

Ken Dubé ing.f.

(1) La forêt privée chiffrée 2018, produit par la FPBQ

(2) Source, Syndicat des producteurs forestiers du sud du Québec