Accueil

La coupe progressive irrégulière

 

La coupe progressive est le traitement sylvicole préconisé pour favoriser l’établissement de la régénération dans un peuplement approchant de sa maturité. Les objectifs recherchés pour les coupes progressives sont la récolte des arbres matures ainsi que ceux ayant peu de vigueur pour établir les conditions favorables à l’établissement de la régénération, le tout en récoltant le bois qui autrement serait perdu.

La variabilité des peuplements en Estrie, soit des sapinières mono-spécifiques en passant par les sapinières avec résineux aux forêts mélangées et feuillues, ne permet pas de recette unique pour favoriser la mise en place de la régénération naturelle essentielle à la conduite future de ces peuplements. La prise en compte de cette variabilité appelle à des solutions variées et adaptées à chacun de ces peuplements.

La sapinière d’âge uniforme (équienne) permet rarement l’application de plusieurs solutions, une première coupe progressive suivie d’une coupe finale après l’établissement de la régénération désirée. L’écologie propre au sapin et sa maturité biologique atteinte assez jeune dicte les choix sylvicoles.

Photo Ken Dubé

Les peuplements mélangés composés d’essences aux âges de maturité différents laisse des options au forestier dont celui de procéder à une série de coupes partielles pour effectuer la récolte des arbres matures et ceux ayant peu de vigueur.

La variabilité des essences présentes dans les forêts estriennes ayant leurs caractéristiques physiologiques propres interroge régulièrement les forestiers concernant leur aménagement et les choix raisonnés pour assurer leur conduite future. Pour ces peuplements la coupe progressive irrégulière est une option qui permet d’imiter la conduite naturelle effectuée par mère nature. Elle peut s’effectuer sur plusieurs coupes partielles.

La coupe progressive irrégulière permet d’atteindre plusieurs objectifs ;

  • Le maintien d’un couvert forestier,
  • La récolte des arbres de faible vigueur et/ou matures,
  • La stimulation de la croissance des arbres résiduels,
  • L’augmentation de la croissance du peuplement résiduel,
  • Le maintien de la vigueur des semenciers,
  • L’amélioration de la composition du peuplement en favorisant la récolte d’essences moins souhaitées,
  • L’établissement d’une structure à plusieurs classes d’âge,
  • Pour certains peuplements, l’absence de coupe finale.

L’ouverture du couvert permet ;

  • La récolte partielle libère de l’espace de croissance et génère des conditions propices à l’établissement de la régénération par l’apport supplémentaire de lumière,
  • Le réchauffement de la litière aide à la germination des semences,
  • Le peuplement résiduel maintient un climat plus tempéré favorable à la croissance des semis,
  • La protection de la régénération déjà établie.

Les bénéfices sont ;

  • Permet la régénération d’essences aux autoécologies différentes,
  • Favorise la croissance des arbres résiduels,
  • Maintient la vigueur des semenciers,
  • Récolte les arbres matures et ceux ayant peu de vigueur, minimisant la perte de bois marchand.

Les effets négatifs ;

  • Risque de chablis sur les sites plus fragiles,
  • Bris de la régénération établie lors des récoltes subséquentes, d’où la nécessité d’une bonne planification.

Photo Ken Dubé

Le martelage est-il souhaitable ?

 

Le martelage permet d’optimiser le traitement.

Les opérateurs de multifonctionnelle peuvent travailler avec des consignes de travail dictées par les essences à récolter et leur diamètre. Par contre la vision des opérateurs se limite habituellement à deux faces des arbres et leur champ de vision vertical est limité par la cabine de travail, ce qui ne leur permet pas de porter un jugement sur la vigueur de la cime des arbres.

Considérant ces contraintes il est souhaitable de procéder au martelage dans les peuplements où les arbres à prélever ne répondent pas à des consignes de travail simples.

Les peuplements mélangés ou ceux ayant plus d’une classe d’âge sont ceux où le martelage serait prioritaire.

 

 

Ken Dubé ing.f.

Réf. Guide sylvicole du Québec, tome 2, Partie 5, p. 454-545

Autres liens ;

Coupe progressive irrégulière, Forestier en chef, Traitements sylvicoles, chap. 3.7

Coupe progressive irrégulière, CERFO, Technote sept. 2011

________________________________________________________

La plantation d’épinette blanche loupée

Le travail d’aménagement de la forêt nous réserve parfois des surprises. En voici un exemple;

Lire la suite ….

____________________________________________________________________________________________

L’écorce peut-elle nous indiquer la vigueur d’un arbre feuillu ?

Les différences au niveau de la rugosité de l’écorce peut-elle nous donner des indications sur la vigueur et la croissance en diamètre des arbres ?

Lire la suite …

____________________________________________________________________________________________

Quelques données sur la forêt estrienne

Consulter la liste des professionnels forestiers et des Groupements forestiers de l’Estrie

Soyez informé de nos nouveautés !