Soyez informé de nos nouveautés, tirage le 30 mars !

Nouveautés du 8 février

 Galerie d’images – Enrichissement de peuplement

      

Chronique – Le transfert de la propriété forestière entre générations

Pour la majorité des propriétaires, leur propriété forestière est un joyau qu’ils cultivent, chérissent et ont la ferme conviction que les travaux qu’ils y effectuent sont nécessaires même s’ils n’apportent leurs dividendes qu’à long terme. Il n’est donc pas surprenant de constater que le transfert intergénérationnel est souvent envisagé.

lire la suite …

Consulter la liste des professionnels forestiers et des Groupements forestiers de l’Estrie

        ________________________

 

Opérations forestières en forêts privées

Multi : informatique, GPS, réalité augmentée, 4K, Big Data, IA, etc.

La scie mécanique a-t-elle un avenir? (2 de 2)

Non!  Comprenons-nous bien, il s’agit ici d’opérations forestières d’envergure axées sur le volume récolté dans un contexte d’aménagement forestier, donc de coupes commerciales effectuées par des machines forestières dotées des derniers raffinements mécaniques et informatiques.  L’entrepreneur désigné par le propriétaire ou le conseiller forestier cherchera à maximiser le rendement de ses machines – la multi et le porteur – tout en limitant les déplacements de ses « réguines » d’un chantier à l’autre… dans une forêt privée fragmentée.  Rappel : à titre comparatif, en forêt publique, sauf exception, les travaux de récolte sont entièrement mécanisés; une affaire classée!  Mais si votre objectif comme propriétaire forestier repose exclusivement sur des valeurs de conservation se rapprochant de la « cloche de verre », passez outre la lecture de cet écrit; vos convictions ne seront pas éprouvées davantage.

Multi : volume et sécurité

Une multi (celle habituellement utilisée en petite forêt privée), ça opère!  Ses manettes aux mains d’un habile opérateur, elle peut récolter de 45 à 50 cordes 4x4x8 par jour, environ 110 m3s, dépassant même la charge de deux camions remorques et, informatique  aidant, livrer immédiatement des résultats de performance, des indicateurs utiles à l’évaluation et à la planification des chantiers.  Et considérant les designs adaptés aux divers types de terrains forestiers et l’évolution fulgurante des technos cybernétiques (référence au titre de cet article), les opérations forestières deviennent de plus en plus une « affaire cérébrale » plutôt qu’un enjeu d’endurance physique.  S’ajoute à cette tendance forte, la sécurité des travailleurs forestiers, motif no 1 de Domtar pour les récoltes sur ses terres forestières (160 000 ha en Estrie et Beauce).

Réduction des coûts de récolte

Voyons ce qu’en dit un forestier estrien à la réputation et crédibilité établies de longue date : « … les coûts de supervision sont passés de 2$/m3s… à 0,75$/m3s et risque de descendre à 0,65$/m3s l’an prochain (2018) », dixit Sylvain Rajotte, DG, Groupement Sommets. Rappelons que Sommets a retenu les opérations mécanisées, comme orientation stratégique, en 2005.  Ça promet!  Surtout si l’on considère que le métier d’abatteur manuel manque de recrutement.  Et à moins d’indications autres de la  part du propriétaire et de certaines conditions de terrain, 100% des travaux commerciaux sont mécanisés.  C’est maintenant une tendance généralisée en forêt privée.  Avis aux jeunes forestiers aux habiletés éprouvées en jeux vidéo.  Est-ce l’entrée prochaine des « opératrices de multi » sur la scène des modes forestiers?

Trente entrepreneurs mécanisés en Estrie

Selon une étude de l’Agence de mise en valeur des forêts privées de l’Estrie (AMFE) menée en 2017, l’Estrie compte plus d’une trentaine d’entrepreneurs forestiers équipés du « tandem » multi-porteur.  Et tous, aux dernières nouvelles, avaient un carnet de commandes bien rempli.  Pour la durabilité de leur entreprise, ils ont quand même manifesté deux préoccupations : le financement de  leurs machines et le recrutement d’opérateurs qualifiés.  Mentionnons ici que l’entrepreneur est à forfait alors que l’opérateur (si non-propriétaire) est à salaire; une équation qui doit s’équilibrer.  Pareilles machines achetées usagées ou neuves, en état opérationnel, se conjuguent en un investissement, selon la capacité et les technologies mécaniques et informatiques, entre 600 000$ et 1 500 000$, et exigent un entretien méticuleux.  À ces colonnes de factures, s’ajoutent les coûts de transport d’un chantier à l’autre dans une forêt privée, avons-nous dit, très fragmentée.

Des gros chiffres certes!  Mais qui doivent être considérés objectivement en fonction des résultats obtenus vs les efforts personnels physiques et financiers du propriétaire surtout quand le lot à bois moyen de 40 ha (100 acres) est une affaire minimale de 100 000$ à l’acquisition.  Si la plus-value de votre boisé comme investissement et l’aménagement forestier vous interpellent, la récolte par travaux mécanisés – si les volumes sont au rendez-vous – devrait être une option.

Massifs forestiers : des espaces pour la multi

En ce sens, l’AMFE a piloté, en 2016-2017 pour la région, un inventaire des massifs forestiers de quatre hectares et plus d’un seul tenant sur un seul lot ou contigus à quelques lots.  Résultats : il y aurait ainsi 366 000 ha (dont un fort pourcentage a déjà été l’objet d’aménagements forestiers, mais qui présente toujours un potentiel de récolte) en petite forêt privée estrienne (610 000 ha) qui correspondent à cette configuration.  Mais sur place, défi au double enjeu, l’entrepreneur devra composer avec des prescriptions forestières établies selon les valeurs de chaque propriétaire et apporter la récolte au chemin de camionnage selon un arrangement entre propriétaires.  Rassurons-nous, présentement en petite forêt privée estrienne, la récolte annuelle de bois commerciaux dépasse à peine les 50% de la possibilité officiellement établie à 1 800 000 m3s.  Pour la grande forêt privée (800 ha et plus d’un seul tenant; 123 000 ha pour cinq propriétaires), une forêt sous aménagement, à l’exception de quelques îlots de conservation, la possibilité selon prescriptions est récoltée mécaniquement. 

Donc la mécanisation des travaux forestiers (aménagement, récoltes, voirie) est d’abord une affaire de fins calculs d’opérations et d’investissements qui visent à pérenniser un avantage  économique, social, environnemental et culturel au fort potentiel identitaire.  Qu’il soit manuel ou mécanisé, le bûcheron estrien est plus que jamais conscient de la préservation de « sa » ressource.

Ah oui!  Mentionnons qu’il y a deux scies mécaniques format grosse cylindrée (70 cc et +) avec lames de 18 et 24 pouces dans le véhicule de service de l’entrepreneur mécanisé.  On ne sait jamais! 

Mais avouons que tout « forestier mécanisé » qui s’honore entretient une nostalgie consolante pour cet outil inséparable de son « être sylvicole profond »!

 

JP Gendron

[i] Mécanisation La récolte de bois d’hier à aujourd’hui, Le Progrès forestier, AFSQ, printemps 2017, pages 26-29

[ii] http://www.agenceestrie.qc.ca/Documents_PDF/Rapport_sondage_entrepreneurs_sept2017.pdf

Portrait des entreprises de la récolte de bois en Estrie, Enquête auprès des entrepreneurs forestiers,

AMFE, septembre 2017, 60 pages