L’aménagement forestier, vecteur de lutte contre les changements climatiques

L’AMÉNAGEMENT FORESTIER, UN VECTEUR DE LUTTE CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

 

« La forêt est la solution et non le problème dans le phénomène des changements climatiques. L’aménagement forestier peut jouer un rôle non négligeable pour pallier les changements climatiques… Il est connu qu’une jeune forêt est plus efficace à capter et à stocker le carbone qu’une forêt avancée en âge.(1)

 

Le cycle de vie de la forêt naturelle laissée à elle-même comprend typiquement une phase d’implantation, de croissance, de sénescence et de remplacement. Au moment de la sénescence ou d’une perturbation naturelle, une grande quantité de carbone est retournée dans l’atmosphère.

Dans la forêt aménagée, la phase de sénescence est interrompue par la récolte afin de fabriquer différents produits à partir du bois. La phase de croissance peut être modifiée par des pratiques sylvicoles qui augmentent le rendement et la qualité des bois (1).

Les produits du bois substituent des matériaux qui sont plus émetteurs de gaz à effet de serre dans leur cycle de vie. Les produits du bois stockent le carbone pendant toute la durée de leur utilisation, ce qui les rend durables. De nombreuses études ont démontré que les émissions de gaz à effet de serre liées à l’aménagement forestier sont minimes par rapport à leur capacité de séquestration. De plus, à long terme, le bilan de carbone d’une forêt aménagée est supérieur à celui d’une forêt non aménagée (1). »

Ces paragraphes sont tirés de l’avis du Forestier en chef au Ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et a été produit en regard des forêts publiques en décembre 2017.

Qu’en est-il de la forêt privée ?

Les principes énoncés et les recommandations s’appliquent-elles à la forêt privée ?

Les principes énoncés dans l’avis du Forestier en chef s’appliquent à la forêt privée, bien évidemment!

On peut même ajouter avec plus d’emphase, car la forêt privée estrienne se retrouve sur des sites beaucoup plus productifs que la forêt boréale québécoise.

Une forêt en croissance et aménagée séquestre plus de carbone (voir chronique Croissance forestière 101).

Pour l’année 2017 la région de l’Estrie a récolté 50% de la possibilité forestière de sa forêt. La possibilité se définit, en termes simples, par la production annuelle de bois issu de la forêt estrienne. La récolte de la moitié de la possibilité implique également que la moitié du bois produit est resté inutilisé.

 

Le lien avec la lutte contre les changements climatiques

L’aménagement forestier durable permet de produire du bois issu de la forêt qui sera séquestré dans des biens, immeubles, meubles, etc. et ce pour leur durée de vie.

Le bois, lorsque utilisé en remplacement de produits plus énergivores et émetteurs de GES (acier, béton, aluminium) a un double effet, soit séquestrer du carbone et surtout éviter la production de GES lors de leur production (voir chronique – Bois vert par substitution).

Tiré de l’ Avis du Forestier en chef au Ministre, p.27

L’action individuelle engendre un effet collectif

En tant que propriétaire d’une minuscule portion de la forêt privée, a-t-on réellement une influence par nos actions ?

La lutte aux changements climatiques en forêt privée ne relève pas d’une décision gouvernementale, tel que ce sera le cas en forêt publique, mais dépend de l’engagement de chacun de ses propriétaires.

L’aménagement forestier durable permet de faire un geste concret dans la lutte aux changements climatiques, si minime soit-il.

Ce geste est un pas dans la direction que nous devons prendre en tant qu’individu et société.

L’Estrie est déjà fortement engagée dans l’intensification de l’aménagement durable de sa forêt. Plusieurs régions du Québec sont encore loin d’une récolte de 50% de leur possibilité forestière.

L’Estrie s’est donné pour objectif d’atteindre une récolte de 60% de sa possibilité.

Les effets de toute augmentation sont directement perceptibles par une ;

  • Augmentation du pouvoir de séquestration des GES dans nos forêts
  • Augmentation de la vitalité et de la résilience des forêts aménagées
  • Assurance d’approvisionnement pour les industries régionales leur permettant de fournir des produits de bois, soit du carbone séquestré !
  • Implication de son propriétaire à une démarche régionale et collective

L’aménagement forestier durable de notre forêt a des répercussions positives, mais à la base elle doit aussi répondre aux objectifs de chacun de ses propriétaires.

L’harmonisation de ces éléments est notre défi collectif.

 

Ken Dubé ing.f.

(1) – Avis du Forestier en chef au Ministre, p.24, Décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *