Croissance forestière 101

CROISSANCE FORESTIÈRE 101 OU CROISSANCE FORESTIÈRE POUR LES NULS

 

Bien comprendre la dynamique de la croissance forestière et de la perte de bois par mortalité naturelle ne sont pas une chose facile. La dynamique de ce bilan est aussi d’une certaine complexité. Pouvons-nous l’imager en toute simplicité?

 

Prenons comme comparatif… un verre d’eau!

Dans une jeune forêt, la croissance du bois est emmagasinée dans les troncs des arbres.  La capacité d’une superficie forestière d’emmagasiner du bois est limitée, contrairement à la croyance populaire qui voudrait la voir comme infinie.  On peut comparer cette capacité à un verre d’eau.

                                                             

Une forêt en croissance, c’est le verre d’eau qui se remplit!

____________

Dans une forêt mature, la croissance des troncs des arbres continue à emmagasiner du bois.  Or, la forêt est à un stade où il y a des pertes importantes de bois par la mortalité naturelle.  La capacité à emmagasiner du bois de la superficie forestière est atteinte. Globalement,on n’a aucun gain et avec le passage du temps, les pertes économiques sont importantes.  Le bois qui se perd n’est plus récupérable.

                                                            

    C’est le verre d’eau qui déborde parce qu’il est plein. – L’eau perdue n’est pas récupérable!

____________

Dans une forêt trop vieille (surannée), la croissance des arbres continue à être emmagasinée dans les troncs, mais la forêt est trop vieille, donc il y a plus de mortalité naturelle que de croissance.  Il y a plus de bois qui se perd que de bois qui s’accumule.  Le volume de bois est globalement en diminution.

                                                               

 Le verre d’eau est percé, l’entrée d’eau ne compense plus la perte!

____________

Qu’en est-il lorsque la forêt est aménagée?

L’aménagement de la forêt permet la récolte des arbres qui autrement se perdraient par mortalité naturelle. Les arbres d’avenir et en santé sont ainsi dégagés et leur croissance est augmentée et puis emmagasinée dans ces mêmes arbres.

On vide légèrement le verre d’eau pour qu’il puisse emmagasiner de nouveau de l’eau.  De plus, comme la croissance est concentrée sur les arbres avec une meilleure santé, la capacité de la forêt à accumuler du bois augmente, car la santé de la forêt s’améliore.  Les épidémies d’insectes, les maladies et les variations climatiques extrêmes ont moins d’emprise sur les arbres qu’on laisse en croissance!

                                                          

On maintient la forêt en croissance. – Le verre d’eau est vidé légèrement, il devient plus volumineux pour emmagasiner encore plus d’eau!

____________

Le bon gestionnaire forestier, l’aménagiste du territoire agroforestier, ainsi que le propriétaire de boisé doivent bien posséder ces notions pour améliorer la santé et la productivité des forêts dont ils sont les gestionnaires pour assurer l’activité économique en milieu rural.  Et, le tout, en respectant scrupuleusement les critères du développement durable!

Plus simple le principe de la croissance forestière?

Je le souhaite!

 

Martin Larrivée, ing.f.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *