Préparer sa forêt à l’arrivée de l’agrile du frêne

PRÉPARER SA FORÊT À L’ARRIVÉE DE L’AGRILE

L’arrivée de l’agrile du frêne dans nos forêts est inévitable. Introduit en Amérique et identifiée en 2002 dans la région de Détroit, l’agrile s’attaque à tous les frênes. Cet insecte est maintenant présent jusqu’à Halifax. Depuis son apparition, il a tué plus de 100 millions de frênes en Ontario et dans les états limitrophes du Midwest américain.

Au Québec, le long des axes routiers au sud et à l’ouest de Montréal, on peut observer plusieurs sites où la mortalité est bien visible.

En Estrie, l’agrile est présent dans les centres urbains de Granby et Sherbrooke sans doute transporté lors de livraisons de bois de chauffage issus de régions infestées. Sa migration vers nos forêts feuillues se réalisera au cours des prochaines années.

Le taux de mortalité des arbres est de 99% dans les régions où il est installé depuis plusieurs années.

           

 Forêts de frênes décimées en Ontario, source RNCAN

En Estrie, les forêts à très forte proportion de frênes sont peu présentes, on les retrouve habituellement en accompagnement dans nos forêts feuillues dont les érablières. Cette particularité nous permet d’espérer obtenir une période plus longue avant que l’insecte détecte et s’attaque à nos frênes forestiers.

Recommandations pour le propriétaire

Pour palier aux effets appréhendés de la mortalité des frênes dans les boisés, quelques suggestions ;

  • Il ne faut pas procéder à la coupe de tous les frênes du boisé. Les frênes en meilleure santé devraient être laissés pour maintenir une biodiversité. Une coupe trop forte pourrait aussi avoir des conséquences néfastes telles que,
    • Un trop grand apport de lumière favorisant le framboisier, le nerprun,
    • Une montée de la nappe phréatique,
    • L’augmentation de la susceptibilité au chablis.
  • Une coupe partielle d’ensemencement pourra favoriser l’établissement d’une régénération d’essences autre que le frêne. Cette cohorte constituera le peuplement futur.
  • Si la régénération est préétablie alors la coupe permet une entrée de lumière et favorise sa croissance.
  • Assurez-vous d’obtenir les conseils d’un professionnel forestier pour assurer la réussite de vos opérations.
  • Lorsque attaqué, le frêne de qualité sciage conserve la qualité de ses billots pendant un certain temps. Ceci laisse le temps de bien planifier la récolte.
  • Il ne faut pas hésiter à laisser des arbres sans qualité ou en fin de vie pour la faune et le maintien de la biodiversité.

Le choix des tiges à récolter est optimisé par le professionnel forestier

L’expertise du professionnel forestier est essentielle

Une option possible en l’absence de régénération d’essences autre que le frêne consiste à enrichir le peuplement. Les essences feuillues peuvent inclure le chêne rouge, l’érable à sucre ou d’autres feuillues selon les disponibilités des pépinières.

         

                                         

 

 

 

 

 

Enrichissement en pin blanc et chêne rouge

L’installation de protecteurs à chevreuils pour les plants feuillues sera essentielle pour assurer leur survie et croissance.

Le pin blanc réussit bien en enrichissement et contrairement à sa forme en plantation, il pousse droit, minimise le diamètre de ses branches, ce qui lui confère une forme plus propice à une valeur future élevée.

Le type et la texture du sol et le drainage du site sont les critères à vérifier pour établir le bon choix d’essence.

L’avenir

Les espèces, au cours des millénaires, ont dû affronter des infestations d’insectes. La recherche permettra de venir à bout de ce ravageur destructeur.

Le Canada détient un centre national de semences forestières et procède actuellement à la récolte de semences de frêne au-travers de son aire de distribution. L’objectif est de constituer une réserve de semences provenant de chaque région pour obtenir le plus grand éventail génétique possible. La réintroduction du frêne post agrile sera alors envisagée.

Comme propriétaire forestier, vous pouvez participer à cet effort. La procédure à suivre est détaillée sur le site du Centre national des semences forestières (1).

Ken Dubé ing.f.

 

Guide pour les propriétaires, Ministère des ressources naturelles de l’Ontario (anglais)

(1) – Centre national des semences forestières du Canada, procédure pour récolter les semences de frêne avec pour objectif de constituer une banque génétique nationale

Récolte de semences, entrevue radio, Ressources naturelles Canada (en anglais)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *