La forêt communautaire Hereford

LA FORÊT COMMUNAUTAIRE HEREFORD: UN GRAND PROPRIÉTAIRE FORESTIER QUELQUE PEU DIFFÉRENT!

 

La Forêt communautaire Hereford existe depuis 2013 et est située dans la MRC de Coaticook. Avec ses 5 600 hectares, ce grand massif forestier présente trois principales caractéristiques uniques au Québec :

  • Il s’agit de la seule grande forêt privée gérée « par et pour » les communautés.
  • Ces dernières ont reçu le territoire sous forme de don, à la suite du décès de son propriétaire d’origine, M. Neil Tillotson, donation foncière qui est encore à ce jour la plus importante de l’Est du Canada.
  • Cette forêt fait l’objet de la plus grande servitude de conservation forestière de la province (en faveur de Conservation de la nature Canada).

Mission

Ce territoire est situé à parts égales dans les municipalités de Saint-Herménégilde et d’East Hereford, couvrant d’ailleurs près de 40 % du territoire de cette dernière. La Forêt communautaire Hereford est gérée par un organisme de bienfaisance, Forêt Hereford inc, dont les administrateurs sont des élus locaux, des citoyens, des usagers et des intervenants régionaux. Sa mission est de détenir et de gérer le territoire de la Forêt communautaire en fonction des principes des forêts communautaires : soit une forêt contrôlée par la communauté, qui lui assure accès au territoire et à ses opportunités, tout en favorisant les retombées locales, qui est aménagée et utilisée pour des fins et des usages multiples, et qui est régie selon les principes du développement durable, tout en favorisant le rayonnement et les retombées du projet au plan régional. En ce sens, l’organisme a terminé, en 2017, une démarche de zonage fonctionnel et de planification intégrée, qui a permis de définir les façons de faire pour mettre en valeur ce territoire unique et ses ressources, dans les prochaines années, dans le respect des obligations de conservation qui lui sont propres.  Cette démarche a également permis d’identifier les six valeurs organisationnelles, qui permettent de guider la gestion de la Forêt communautaire :

Vocation et restauration

La Forêt communautaire Hereford est un milieu naturel protégé… où il se fait de l’aménagement forestier durable ! Incompatible? Incohérent? Pas du tout!

À son décès en 2001, M. Neil Tillotson a exprimé son désir que ses forêts continuent de soutenir le développement local (récréotourisme, foresterie, etc.), ce qui s’est traduit par la signature d’une servitude de conservation forestière. En vertu de cet acte notarié, la vocation si particulière de la Forêt est protégée à perpétuité, peu importe le zonage municipal, tout comme les hautes valeurs de conservation. Chez nos voisins américains, le concept de servitude de conservation forestière est reconnu sous le vocable « working forest easement », que l’on pourrait traduire par « servitude de forêt au travail ». Le territoire de la Forêt communautaire Hereford est donc voué à la conservation des espèces et des écosystèmes, à la protection de la vocation forestière et à la restauration de sa forêt, à la protection des paysages remarquables, à la recherche et à l’éducation forestières et environnementales et à la pratique d’activités récréatives extensives. Les travaux de restauration forestière, qui incluent également le reboisement d’espèces d’arbres plus rares aujourd’hui (ex. : chêne, pin blanc, tilleul), permettent à Forêt Hereford de respecter ses obligations afin de maintenir son statut d’organisme de bienfaisance. C’est pourquoi les gestionnaires forestiers de la Forêt Hereford, et leurs conseillers au sein d’Aménagement forestier et agricole des Sommets, font preuve d’innovation et d’audace dans la planification des travaux qui y sont réalisés. Ces travaux sont constamment réfléchis en fonction de l’objectif premier qui est de restaurer cette jeune forêt, notamment pour la faune, et sont faits dans le respect des normes de la certification forestière FSC® mais aussi afin d’accélérer leur adaptation aux changements climatiques.

On estime que l’aménagement forestier dans la Forêt Hereford soutient la création de près de 15 emplois à temps complet. Aussi, le bois généré par les travaux de restauration forestière procure une bonne partie des revenus de l’organisme Forêt Hereford. Cela permet de payer les taxes municipales et scolaires, près de 110 000 $ annuellement, et procure une viabilité à l’organisme. Et si l’organisme est viable, la protection de la vocation forestière, et de ses retombées sociales, environnementales et économiques, le sont tout autant!

Même si la récolte de bois est une retombée de sa mission de restauration forestière, il faut s’assurer de ne pas dépasser la capacité de la forêt. Voilà pourquoi un calcul de possibilité forestière a été fait et indique que la croissance de la forêt sous aménagement génère annuellement environ 9 800 m³ de bois (290 voyages). De quoi rassurer même les plus conservateurs! Un projet de crédits carbone forestier, le projet Pivot réalisé par ECOTIERRA, est en développement dans la Forêt. Il permettra d’augmenter à 20 % le territoire protégé (déjà soustrait du calcul de possibilité forestière), de tirer des nouveaux revenus de la mise en valeur de ce patrimoine forestier, dans le respect des fins de bienfaisance, et sera éventuellement accessible aux autres propriétaires forestiers. Outre la conservation, une autre approche, soit celle d’allonger les cycles de récolte, sera appliquée à d’autres endroits afin d’y générer également des crédits carbone. Finalement, dans le contexte de la démarche de zonage du territoire, environ 15 % de la Forêt a été identifié en zone de production de bois de qualité. Ce seront des secteurs où davantage de ressources seront investies à long terme afin d’augmenter la valeur sur pied dans ses forêts.

Accessibilité

Le développement de l’accessibilité à ce territoire prend plusieurs formes : chasse, pêche, randonnée pédestre, vélo de montagne, randonnée équestre et visites éducatives de toutes sortes. Le développement récréotouristique n’est pas l’activité principale de Forêt Hereford inc., qui n’en tire d’ailleurs aucun revenu important. En fait, les activités récréotouristiques constituent une contribution au milieu en permettant un accès quasi-universel au territoire pour la population locale et les visiteurs et en contribuant au développement économique local. Les sentiers de vélo de montagne de Circuits Frontières, reconnus parmi les plus beaux réseaux du Québec, sillonnent le territoire sur plus de 45 km. Aussi, Circuits Frontières a récemment aménagé deux domaines de ski de montagne en forêt. Plus de 25 km de sentiers de motoneige sont accessibles et un réseau de randonnée (raquette et pédestre), avec boucle, couvrant un peu plus de 8 km, mène au sommet du Mont Hereford (875 m de hauteur). Sans compter tous les visiteurs qui choisissent de se rendre au sommet en véhicule routier, par le biais du chemin Centennial. Et mentionnons en terminant la centaine de chasseurs qui arpentent la Forêt communautaire durant les périodes de chasse et les membres de clubs ornithologiques qui viennent observer les oiseaux dans cette Forêt. On estime ainsi à plusieurs milliers le nombre de visites par année dans la Forêt communautaire Hereford. Tout cela dans une « forêt au travail »! Pour certains, cette cohabitation pourrait paraître surprenante et pourtant c’est tout le contraire : les usagers ont une motivation commune, soit celle du maintien de ces écosystèmes forestiers, car tous dépendent du maintien de la forêt comme substrat à leurs activités.

Rayonnement

Malgré le peu d’années à son actif, la Forêt communautaire Hereford dispose maintenant d’une renommée provinciale bien particulière. Le lancement de la nouvelle activité de ski de montagne, l’annonce de l’obtention de la certification forestière FSC©, le lancement du projet forestier Pivot (premier projet groupé de crédits carbone forestier certifié VCS© au Canada), le projet de caractérisation de la population de cerfs de Virginie, la démarche de zonage et de planification intégrée, son offre récréotouristique actuelle (et son accès routier au sommet du Mont Hereford) et les développements à venir d’ici 2022, ses projets de recherche avec le milieu universitaire, les visites de groupes scolaires et citoyens, les initiatives uniques de travaux de restauration forestière et son implication dans le dossier de ligne d’exportation d’hydro-électricité avec Hydro-Québec ont tous contribué à façonner cette renommée qui font rayonner ce projet en Estrie, au Québec et dans le nord-est des États-Unis. Les retombées locales directes des activités réalisées dans la Forêt Hereford sont estimées à 1,4 million $ par année (sans compter les retombées indirectes).  Ce qui est phénoménal pour un projet communautaire! Et, en vertu de l’acte de donation et de la servitude de conservation forestière, cette Forêt restera là… à perpétuité. Ses gestionnaires ont donc tout intérêt à prendre leur temps pour la mettre en valeur de façon durable.

Pour plus d’information : http://forethereford.org/

Dany Senay, ing. f. et directeur

Avec la collaboration de Lise Beauséjour, ing.f., présidente de la Table Forêt Conservation et membre du conseil d’administration de Forêt Hereford

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *